Social TV ou comment la télévision se réinvente

Le hashtag vous démange dès que vous entendez une vanne pourrie de Thierry Moreau dans Touche pas à mon poste ? Vous vous fendez d’un tweet sarcastique lors de la chute d’un participant de Danse avec les stars ? Ne cherchez plus, vous êtes un adepte de la télé sociale ou social TV.

La télé sociale, c’est quoi donc ?

Quand on parle de télé sociale, on se réfère à l’utilisation de plateformes sociales pour enrichir l’expérience télévisuelle voire pour en augmenter l’audience. En d’autres termes, la social TV c’est l’utilisation de Facebook, Twitter et consorts pour :

  • annoncer et promouvoir un programme ;
  • amener de l’interactivité et engager son public ;
  • donner une résonance plus importante à un programme avant, pendant et après sa diffusion ;
  • renforcer l’impact des publicités avec notamment le ciblage des téléspectateurs.

La naissance et le développement de la télé sociale prennent leur source dans deux mouvements spécifiques : l’envie spontanée de partage des téléspectateurs d’une part, et les stratégies marketing des chaînes d’autre part.

Un engagement croissant et des applications dédiées

Et il faut croire que l’histoire d’amour est là et bien là. Les chiffres sont parlants : la télé sociale est en plein essor. En 2012, 50 000 tweets/semaine concernaient la télévision. En 2013, les chiffres explosent : on passe la barre des 2 millions. Ça en fait des tweets, ça ! Que ce soit pour du sport (lors de matchs de football,  pendant le tournoi de tennis de Roland-Garros) ou durant une émission de débat comme Mots croisés (France2), les plateformes sociales deviennent des lieux de rencontre et d’échange autour de la télévision et de ses programmes. Pas une émission sans son hashtag. Cyril Hanouna, le maître en la matière ne cesse de répéter tout au long de sa quotidienne « réagissez sur Teuteur et Boobook ». Et ça marche : Hanouna est l’animateur qui génère le plus de tweets. Bien entendu, les plus forts scores concernent des émissions de divertissement telles que The Voice, TopChef ou Secret Story.

tweets postés à propos de Dans avec les stars

tweets postés à propos de Danse avec les stars

Au départ sceptiques, les chaînes ont vote compris l’intérêt de la chose et proposent désormais des applications et des pages Facebook dédiées. Au Royaume Uni, BuzMuzik est la toute première chaîne musicale dont la programmation suit intégralement le choix des téléspectateurs. En France lors de la campagne présidentielle, l’application Facebook pour la page de l’émission Mots croisés permettait aux internautes de poser en direct leurs questions aux candidats. Une première en Europe.

W9 a également été précurseur en la matière : chaque fois qu’un personnage de la série YOLO envoie un sms, il est reçu sur un smartphone grâce à l’application de la chaine. Certains personnages de séries ont leur propre compte Facebook comme Fabienne Lepic (Fais pas ci, fais pas ça/France2). D8 va lancer à partir du 2 décembre une série interactive, What ze teuf, dont les téléspectateurs seront les scénaristes. Tous les soirs, en 140 signes et avec le hashtag #WZT, ils pourront proposer un script pour l’épisode du lendemain. Des personnalités collaborant à la production telles que Bruno Solo et Elie Semoun adapteront les scripts sélectionnés.

Ces dispositifs permettent aux téléspectateurs de donner leur avis, mais aussi d’interagir entre eux. La ligue de hockey sur glace aux Etats-Unis a ainsi lancé une application où l’utilisateur doit prédire les actions d’un match en cours et défier ses amis.

Augmenter l’audience des émissions… et des publicités

Ce qui est recherché par les chaînes : faire du téléspectateur un ambassadeur de ses programmes et amplifier leurs audiences. Et ce qui marche dans un sens, marche dans l’autre. Ainsi, l’activité sur les réseaux reflète presque en temps réel le suivi d’une émission. Selon Mesagraph, qui observe la télé sociale, l’émission dédiée à la « fameuse » Nabilla sur NRJ12 a perdu en une semaine près d’un cinquième de son audience sociale.

L’activité sur les réseaux devient ainsi un véritable indicateur de performance pour les chaînes de télévision. Mais aussi pour les annonceurs, qui veulent savoir ce que le public pense de leurs publicités. Il s’agit donc bien d’un enjeu stratégique très important et les statistiques qui s’y rapportent valent de l’or. Des entreprises comme TvTweet, jeune structure bordelaise, se sont développées dans ce secteur. Bluefin Labs, leader sur ce sujet aux Etats-Unis a d’ailleurs été racheté par … Twitter. Un investissement qui sera probablement rapidement rentabilisé pour le petit oiseau bleu. Twitter vient d’ailleurs de lancer une nouvelle fonctionnalité qui repère automatiquement le passage d’un spot TV grâce à la technologie du fingerprinting (technique de filtrage automatique des contenus) et déclenche le « tweet sponsorisé » de la marque. Le ciblage ou Tv Ad Targeting permettra de toucher les audiences d’un programme ou d’une publicité en particulier.

Si le « deuxième écran » (ordinateur, smartphone, tablette) a longtemps fait peur aux chaînes, elles s’en font désormais un allié de poids. Télévision et réseaux sociaux, un mariage qui gazouille de plus belle.